Déclaration de M. Abdou ABARRY Représentant Permanent du Niger auprès des Nations Unies au briefing du Conseil de Sécurité sur la situation au Yémen

Déclaration de M. Abdou ABARRY Représentant Permanent du Niger auprès des Nations Unies au briefing du Conseil de Sécurité sur la situation au Yémen

Je remercie Messieurs Martin Griffiths, Marck Lowcock pour leurs exposés et, par la même occasion, salue la participation du Représentant Permanent du Yémen à cette réunion.

Je remercie également, General Guha pour sa présentation.

Monsieur le Président,

La mobilisation diplomatique tous azimuts observée ce dernier temps de la part des acteurs régionaux et internationaux témoigne d’une volonté de trouver une solution durable au conflit au Yémen. Elle découle aussi du constat qu’il n’y a pas de solution militaire à la crise, mais que celle-ci passe nécessairement par des pourparlers francs et directs entre les Yéménites eux-mêmes, avec l’appui de la communauté internationale.

Ma délégation salue à cet égard, les démarches entreprises par l’Envoyé Spécial des États-Unis Monsieur Lenderking auprès des acteurs régionaux majeurs et des parties yéménites, en appui des efforts de M. Griffiths, pour tenter de bâtir un consensus afin de raviver le processus politique au Yémen. Nous appelons aussi les Houthis et leurs soutiens à ne pas gâcher cette opportunité et à donner une suite favorable à l’offre de cessez-le-feu proposé par le Royaume d’Arabie Saoudite en arrêtant leurs assauts sur Marib.

Le Niger reste convaincu que des gestes de confiance comme l’arrêt des hostilités, la réouverture des ports et aéroports et la libération des détenus pourront aider à amorcer une dynamique positive qui conduira les parties à retourner à la table des négociations. Nous appelons donc tous les acteurs à œuvrer ensemble pour que reprennent le pourparlers de paix.

Monsieur le Président,

S’agissant de la situation humanitaire, la levée du blocus du Port de Hodeïda et de l’Aéroport de Sanaa demeure cruciale pour l’acheminement des biens de première nécessité, du carburant et de l’assistance humanitaire dont dépend la majorité de la population Yéménite. L’aide humanitaire ne doit souffrir d’aucune entrave ou faire l’objet de politisation par les parties au conflit au moment où de plus en plus des Yéménites sont menacés par la famine.

Il est tout aussi important que les agences humanitaires sur le terrain disposent de suffisamment de ressources pour continuer leurs activités surtout en cette période de pandémie de COVID-19 et le début de l’hivernage qui entraine souvent des inondations, occasionnant d’énormes dégâts matériels dans le pays.

Parlant, de la pandémie du COVID-19, le Niger salue la livraison du premier lot de vaccins à travers le mécanisme COVAX au Yémen et le lancement de la campagne de vaccination dans le pays. La réussite de la campagne vaccinale pourrait grandement contribuer à réduire les difficultés liées aux restrictions prises pour contenir la pandémie et donner un nouveau souffle à l’économie du pays.

Pour conclure, je voudrais réitérer le ferme soutien et encouragement de ma délégation à l’Envoyé Spécial, M. Matin Griffiths pour les efforts inlassables qu’il déploie dans la recherche de solution à cette crise, et l’espoir de voir la lumière au bout du tunnel de la guerre au Yémen.

Je vous remercie.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *