Déclaration de Aougui Niandou,  Représentant Permanent Adjoint du Niger auprès des Nations Unies au briefing du Conseil de Sécurité sur le 33ème Rapport de la Procureure de la Cour Pénale Internationale sur la situation au Darfour (Soudan)

Déclaration de Aougui Niandou, Représentant Permanent Adjoint du Niger auprès des Nations Unies au briefing du Conseil de Sécurité sur le 33ème Rapport de la Procureure de la Cour Pénale Internationale sur la situation au Darfour (Soudan)

Merci Monsieur le Président,

Je voudrais, à l’entame de mon propos, remercier Madame la Procureure Fatou BENSOUDA pour sa brillante présentation, consacrée à l’examen du 33ème rapport d’activités de la Cour Pénale Internationale (CPI) au Darfour.

Le Niger salue votre leadership et le travail que vous avez accompli à la Cour et vous souhaite le meilleur dans votre prochaine mission.

Je salue, également, la présence du Représentant du Soudan à cette réunion.

Monsieur le Président,

Depuis la présentation du dernier rapport au Conseil en décembre 2020, des efforts ont été accomplis, et des progrès encourageants réalisés par le Soudan, dans sa quête de justice en faveur des victimes d’atrocités commises au Darfour.

La signature le 14 février 2021 entre le Bureau et le Gouvernement soudanais, d’un mémorandum d’accord afin de favoriser la coopération dans le cadre de certaines enquêtes et poursuites, constitue une avancée majeure dont il faut s’en féliciter.

Mon pays encourage la poursuite, par le Bureau, du dialogue constructif, engagé avec les autorités soudanaises depuis 2020, dans le respect des rôles respectifs de chacun et du principe de complémentarité, afin de s’assurer que les personnes ayant commis des crimes graves répondent de leurs actes devant la CPI et que justice soit rendue aux victimes du Darfour.

S’agissant des activités judiciaires récentes, ma délégation se réjouit de l’évolution des procédures judiciaires, en particulier les décisions relatives à la participation des victimes ainsi que leurs représentants à l’audience de confirmation des charges, qui constitue un droit essentiel, tout comme les droits de la défense qui doivent également être garantis.

Par ailleurs, nous saluons la détermination du Bureau qui, en dépit de la situation de la pandémie de la Covid-19, ainsi que les restrictions qu’elle impose, a continué d’effectuer des missions en poursuivant ses activités d’enquêtes de mars à mai 2021. 

Monsieur le Président,

Ma délégation s’inquiète des déplacements massifs de civils au Darfour, où des centaines de milliers de personnes ont été contraintes de fuir leurs habitations, ainsi que les affrontements armés entre forces gouvernementales et groupes rebelles.

Nous déplorons les pertes en vies humaines causées par ces combats, dont des femmes et des enfants ; de même que les attaques contre les travailleurs humanitaires, la destruction de biens, de l’hôpital et de la base l’UNAMID à Nyala.

Ma délégation appelle les parties au respect des règles du Droit international humanitaire et se joint au Bureau pour condamner toutes les attaques contre le personnel et la destruction du matériel de l’ONU et des organisations humanitaires.

Monsieur le Président,

Des violences sexuelles et sexistes continuent d’être perpétrées à l’égard de femmes et jeunes filles au Darfour, en particulier celles qui ont fui les violences tribales d’Al Geneina en janvier.

L’une des priorités de mon pays au Conseil étant la défense des droits et l’amélioration des conditions des femmes et des enfants, ma délégation encourage les efforts du Bureau dans ses contacts avec des personnes et groupes concernés pour faire avancer son enquête concernant ces violations.

Aussi, ma délégation condamne-t-elle toutes les violences à l’égard des civils et appelle à la responsabilité de les protéger, ainsi que des poursuites à l’encontre des coupables.

Concernant les mandats d’arrêt non exécutés, et conformément à la résolution 1593 du Conseil de sécurité et à l’accord de paix de Juba, signé le 3 octobre 2020, nous appelons le Gouvernement soudanais et les Etats membres de renforcer leur coopération avec la CPI en vue de rendre la justice aux victimes et de lutter contre l’impunité.

Pour conclure Monsieur le Président, ma délégation encourage le renforcement de la coopération et du dialogue constructif entre le Gouvernement soudanais et la CPI, et réitère ses félicitations à la Procureure BENSOUDA et son Bureau pour toutes leurs actions et leur engagement dans la lutte contre l’impunité.

Je vous remercie.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *