Déclaration des A3+1 lors de la réunion du Conseil de Sécurité sur la région des Grands Lacs

Déclaration des A3+1 lors de la réunion du Conseil de Sécurité sur la région des Grands Lacs

Monsieur le Président,
J’ai le plaisir de faire cette déclaration au nom des pays de l’A3+1, à savoir le Niger, l’Afrique du Sud, Saint-Vincent-et-les-Grenadines et la Tunisie.

Permettez-moi tout d’abord de remercier M. Huang XIA, envoyé spécial du Secrétaire général pour la région des Grands Lacs en Afrique, pour son exposé complet et instructif sur la situation dans cette région et sur les activités de son bureau.

Nous saluons le travail accompli par l’Envoyé spécial XIA et son bureau pour promouvoir la paix dans la région grâce à ses bons offices, à la médiation et à la diplomatie préventive, ainsi que ses efforts pour soutenir les processus électoraux dans plusieurs pays et les activités de renforcement des capacités dans plusieurs domaines. Notre déclaration portera sur les questions relatives à la situation sécuritaire, politique et humanitaire dans la région des Grands Lacs et, enfin et surtout, sur les progrès réalisés dans la mise en œuvre des engagements pris au titre du cadre de paix, de sécurité et de coopération pour la République Démocratique du Congo et la région, ainsi que dans la mise en œuvre de la feuille de route de l’envoyé spécial.

Monsieur le Président,
Comme c’est le cas pour le reste du monde, la région des Grands Lacs n’a pas été épargnée par la pandémie de COVID-19. À cet égard, nous saluons les efforts des pays de la région pour freiner la propagation du virus et atténuer son impact socio-économique. Nous regrettons néanmoins que la pandémie ait aggravé la situation des populations vulnérables et ait eu un effet désastreux sur l’activité sociale et économique ainsi que sur la mise en œuvre de certaines initiatives et projets relevant du Cadre de paix, de sécurité et de coopération.

En ce qui concerne la situation sécuritaire dans la région des Grands Lacs et malgré les contraintes sévères dues principalement à la pandémie de Covid-19, nous saluons les efforts actuels de l’Envoyé spécial et de son bureau pour plus de paix, de sécurité et de prospérité dans la région et nous sommes encouragés par la réponse positive de plusieurs États membres de la région à l’appel du Secrétaire général en faveur d’un cessez-le-feu mondial pendant la pandémie de Covid-19, qui a été soutenu par la résolution 2532 (2020) du Conseil de Sécurité.

 Nous saluons également la dynamique diplomatique active dans la région et la volonté des pays de recourir aux voies diplomatiques et au dialogue pour résoudre leurs différends et leurs divergences. Nous encourageons les dirigeants de la région à renforcer encore leurs relations dans l’intérêt de la paix, de la stabilité et de la prospérité de l’ensemble de la région.

Nous sommes néanmoins préoccupés par les activités continues de nombreux groupes armés tels que les Forces armées alliées (ADF), membres de l’ancien Mouvement du 23 mars (M23) et l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) qui continuent à perpétrer des attaques contre les civils et à s’engager dans des affrontements avec les forces militaires de certains pays de la région.

 Monsieur le Président,
Si la situation sécuritaire dans la région reste critique, nous constatons avec satisfaction l’évolution politique qui se reflète principalement dans la coopération régionale et les initiatives diplomatiques menées par les dirigeants de la région malgré la pandémie de Covid-19. Des pays comme le Burundi ont connu des élections législatives et présidentielles pacifiques et bien organisées et nous attendons avec impatience la réalisation de processus similaires, principalement en Tanzanie et en Ouganda. Nous sommes encouragés par les efforts en cours entre le Rwanda et l’Ouganda pour normaliser leurs relations grâce à la facilitation de l’Angola et de la RDC et dans le cadre du processus quadripartite.

À cet égard, nous notons avec encouragement la tenue, le 7 octobre 2020, du mini-sommet virtuel des chefs d’État de la région des Grands Lacs demandé par le Président Tshisekedi, dans le cadre de son action régionale visant à promouvoir la coopération entre la RDC et ses voisins et à faire progresser la mise en œuvre par toutes les parties prenantes du cadre de paix, de sécurité et de coopération d’Addis-Abeba pour la République Démocratique du Congo et la région.

Monsieur le Président,
Nous sommes d’accord avec le rapport du Secrétaire général sur la nature critique de la situation humanitaire dans la région, qui a été encore aggravée par l’impact négatif de la pandémie Covid-19, les catastrophes naturelles et la menace persistante que représentent les activités de guérilla continues des groupes armés.

 À cet égard, nous exprimons notre profonde inquiétude face au déplacement d’un grand nombre de personnes dans la région où leur vulnérabilité a encore été accrue. Bien que la situation des droits de l’homme dans la région ait connu une évolution positive, principalement grâce aux progrès réalisés dans la lutte contre l’impunité, nous exprimons notre profonde inquiétude face aux informations persistantes faisant état de violations des droits de l’homme et d’infractions, notamment de violences sexuelles et sexistes, commises tant par des groupes armés que par des acteurs étatiques.

Monsieur le Président,
L’A3+1 souligne le caractère central du cadre de paix, de sécurité et de coopération pour la région des Grands Lacs, qui reste « un mécanisme essentiel pour parvenir à une paix et une stabilité durables » et encourage une coopération renforcée entre tous les pays signataires. À cet égard, si nous réitérons l’appel lancé aux pays signataires pour qu’ils respectent leur engagement de non-ingérence dans les affaires intérieures de leurs voisins, nous nous félicitons néanmoins de l’engagement récent des dirigeants de la région à travers leurs efforts bilatéraux et multilatéraux pour renforcer leurs liens et améliorer la coopération mutuelle.
 À cet égard, nous saluons les efforts louables déployés par l’Union Africaine, la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) et la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), ainsi que par la Communauté de l’Afrique de l’Est (CAE) et les pays de la région pour soutenir ces efforts conformément à leurs engagements respectifs dans le cadre du CPS. Nous saluons également le travail des organisations et mécanismes sous-régionaux visant à partager les meilleures pratiques dans la lutte contre la pandémie de COVID-19 et à faciliter les mesures de coordination transfrontalière pour contenir cette pandémie. Nous encourageons les initiatives des dirigeants de la région visant à renforcer encore la coopération en matière de sécurité et le partage du renseignement militaire pour protéger leurs frontières respectives et contenir les activités des groupes armés.

Monsieur le Président,
Nous sommes tous d’accord pour dire que le rôle de la communauté internationale reste d’une importance capitale dans la région des Grands Lacs. À cet égard, nous notons avec satisfaction l’engagement des partenaires internationaux qui ont concentré leur attention sur les questions relatives au développement, aux processus électoraux et aux moyens d’aider la région à relever les défis liés à la pandémie de COVID-19. À cet égard, nous saluons le travail de la Commission de consolidation de la paix des Nations unies (UNPBC) visant à soutenir les efforts régionaux pour améliorer la coopération économique, le développement et la consolidation de la paix dans la région.

L’A3+1 se félicite de l’engagement continu et actif de l’envoyé spécial du Secrétaire général auprès des principales parties prenantes de la région, des co-cautions, des partenaires internationaux et des autres acteurs sur les moyens de consolider davantage les acquis de la mise en œuvre du cadre de paix, de sécurité et de coopération et de promouvoir la coopération régionale qui conduira à une paix durable et à un développement durable dans la région.

À cet égard, nous saluons les bons offices du Secrétaire général, qui se reflètent dans les efforts déployés par son Envoyé spécial aux niveaux national et régional pour faciliter le dialogue, la coopération et les initiatives visant à instaurer la confiance entre les pays de la région.

Les efforts du Secrétaire général en faveur de la promotion et de l’autonomisation des femmes ainsi que de la participation et de l’engagement des jeunes dans la région sont louables et nous sommes tout à fait d’accord pour dire que les jeunes et les femmes jouent un rôle important et essentiel dans le développement politique et socio-économique ainsi que dans le processus de consolidation de la paix et de la sécurité dans la région. Nous encourageons également les efforts de la SE pour soutenir la lutte contre l’impunité et la promotion de l’État de droit dans les pays de la région.

Monsieur le Président,
S’attaquer au problème de l’exploitation et du commerce illicites des ressources naturelles dans la région reste un véritable obstacle au développement durable et une source d’instabilité, d’insécurité, de méfiance et de tension entre les pays de la région. Nous demandons donc à l’envoyé spécial de poursuivre ses efforts et ses consultations en vue de l’adoption d’une approche globale et pragmatique pour s’attaquer à ce problème et contenir son impact négatif sur la région.

Monsieur le Président,
En conclusion, alors que nous attendons avec impatience de recevoir la stratégie des Nations Unies pour la consolidation de la paix et la résolution et la prévention des conflits dans la région des Grands Lacs, les A3+1 réitèrent leur plein soutien à l’initiative du Secrétaire général et saluent les efforts de l’envoyé spécial avec les parties prenantes nationales, régionales et internationales qui dirigent l’élaboration de cette stratégie et qui, nous l’espérons, aideront à identifier et à élaborer des priorités, et à rationaliser les engagements des Nations Unies en matière de consolidation de la paix, de prévention et de résolution des conflits en soutien aux efforts en cours des gouvernements et des organisations régionales dans la région des Grands Lacs. Nous soulignons également l’importance d’une approche cohérente de l’ensemble du système qui synthétise les efforts de tous les acteurs de la paix et de la sécurité, du développement et de l’aide humanitaire dans la région.

Dans le même ordre d’idées, l’A3+1 souhaite souligner l’importance de renforcer davantage les partenariats avec les organisations et les mécanismes régionaux et internationaux ainsi qu’avec les entités des Nations unies qui y sont liées et principalement les co-commanditaires du Cadre de paix, de sécurité et de coopération.

Je vous remercie

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *