Déclaration des A3 + 1 lors de la réunion du Conseil de sécurité sur le Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale par le représentant de la Tunisie au nom du groupe….

Déclaration des A3 + 1 lors de la réunion du Conseil de sécurité sur le Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale par le représentant de la Tunisie au nom du groupe….

Monsieur le Président,

J’ai le plaisir de prononcer cette déclaration au nom de l’A3 + 1, à savoir le Niger, l’Afrique du Sud, la Tunisie et Saint-Vincent-et-les Grenadines.

Permettez-moi tout d’abord d’exprimer notre gratitude à M. François Louncény Fall, Représentant spécial du Secrétaire général et chef du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (UNOCA) pour son exposé complet et instructif sur la situation en Afrique centrale et sur les activités du bureau.

Nous saluons le travail accompli par l’UNOCA pour promouvoir la paix dans la région grâce à ses bons offices, à la médiation et à la diplomatie préventive, ainsi que ses efforts pour soutenir les processus électoraux dans plusieurs pays et les activités de renforcement des capacités dans plusieurs domaines.

Monsieur le Président,

La situation en Afrique centrale a enregistré d’importants progrès positifs. Cependant, il reste instable et la région continue de faire face à un certain nombre de défis politiques, économiques, sociaux, humanitaires et sécuritaires, qui ont malheureusement été encore aggravés par la pandémie de Covid-19.

À cet égard, nous saluons les efforts déployés par les pays de la région pour atténuer l’impact de la pandémie, en particulier sur les populations les plus vulnérables, et nous partageons leurs préoccupations concernant la nécessité d’une réponse plus coordonnée et solidaire pour faire face aux impacts économiques et sociaux de la pandémie aux niveaux régional et international.

Nous avons pris note avec satisfaction de la réponse positive d’un groupe armé au Cameroun à l’appel du Secrétaire général et du Président de la Commission de l’Union africaine pour un cessez-le-feu mondial immédiat dans le sillage de COVID-19 et nous attendons avec intérêt des mesures similaires cela renforcera davantage la paix et la sécurité dans la région et reflétera l’aspiration commune du continent africain à atteindre le noble objectif de faire taire les armes à feu.

Monsieur le Président,

Nous saluons la dynamique positive en Afrique centrale et les progrès continus vers l’amélioration des relations entre ses États membres, notamment l’Angola, le Rwanda et la RDC. Nous saluons notamment les efforts de la République d’Angola dans la lutte contre la corruption et dans la mise en œuvre des réformes institutionnelles.

L’A3 + 1 félicite également le gouvernement du Cameroun d’avoir pris les premières mesures pour mettre en œuvre les recommandations du dialogue national, notamment en accordant un statut spécial aux régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Cependant, nous exprimons notre préoccupation pour la poursuite de la violence dans les régions de l’Extrême-Nord, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et nous appelons toutes les parties à s’abstenir de tout acte de violence et à recourir au dialogue comme seul moyen de résoudre leurs différends.

Nous prenons note de l’organisation des élections législatives et municipales au Cameroun, mais nous déplorons néanmoins les violences qui ont marqué ces élections et appelons les autorités camerounaises à poursuivre leurs efforts pour maintenir la paix et la sécurité. À cet égard, nous appelons tous les acteurs armés à s’abstenir d’attaques contre des civils et à respecter le droit international humanitaire et les droits de l’homme.

Si nous partageons l’inquiétude du Secrétaire Général face à la situation tendue au Tchad, notamment en ce qui concerne la violence intercommunautaire, nous attendons néanmoins avec impatience l’organisation des élections législatives et présidentielles dans ce pays et nous attendons également avec impatience les prochaines Élections présidentielles qui se tiendront au Congo en mars 2021.

En ce qui concerne la situation dans la région du Pool, nous nous félicitons de l’apaisement des tensions grâce aux efforts menés par le Fonds pour la consolidation de la paix et nous saisissons cette occasion pour encourager toutes les parties prenantes à mettre en œuvre le programme DDR complet comme condition préalable à une paix durable dans la région.

Nous encourageons les mesures prises par le gouvernement de la Guinée équatoriale vers un rapprochement politique qui a notamment conduit à la libération d’un certain nombre de détenus des partis d’opposition et nous saluons la dynamique récente qui a caractérisé les relations bilatérales entre la Guinée équatoriale et le Gabon pour résoudre leur différend frontalier au niveau de la Cour internationale de Justice.

Nous saluons également les mesures de confiance prises par Sao Tomé-et-Principe dans le cadre de ses efforts continus pour renforcer le dialogue entre tous les acteurs politiques.

Monsieur le Président,

Tout en reconnaissant la dynamique positive de la situation politique en Afrique centrale, nous restons préoccupés par la situation sécuritaire qui règne dans la région et principalement les attaques continues perpétrées par Boko Haram et le nombre élevé de civils tués à la suite de ces événements, ainsi que le risque élevé de violences sexuelles liées aux conflits. Nous sommes encore plus préoccupés par l’absence de réponse des groupes extrémistes à l’appel du Secrétaire général à un cessez-le-feu mondial et nous déplorons vivement les activités terroristes de l’Armée de résistance du Seigneur qui a lancé plusieurs attaques en RDC.

La sécurité maritime est une autre source de préoccupation. Le golfe de Guinée est devenu le centre de la piraterie mondiale et du vol à main armée par des groupes terroristes. Néanmoins, nous sommes encouragés par l’engagement des dirigeants de la région en ce qui concerne l’importance d’une coopération bilatérale soutenue dans le traitement de cette question.

Nous partageons la préoccupation du Secrétaire général concernant les effets du changement climatique et des catastrophes naturelles sur la sécurité et la stabilité dans la région. Les effets du changement climatique ont déclenché des déplacements qui ont entravé les efforts en cours pour lutter contre la pandémie de Covid-19. À cet égard, nous appuyons les efforts des organes compétents des Nations Unies pour intégrer systématiquement les dimensions liées au changement climatique et à la gestion des ressources naturelles dans les processus de prévention des conflits, de médiation, de consolidation de la paix et de développement dans la région.

Monsieur le Président

La sous-région continue de faire face à des défis humanitaires, socioéconomiques et relatifs aux droits de l’homme qui ont tous exacerbé les crises humanitaires et des droits de l’homme et déclenché des déplacements et d’énormes vagues de réfugiés.

Nous apprécions les efforts du Cameroun pour accueillir des milliers de réfugiés et demandeurs d’asile de la région. Cependant, nous exprimons notre préoccupation face à la crise en cours dans le bassin du lac Tchad qui a entraîné le déplacement de milliers de personnes au Tchad, au Niger et au Nigéria.

Nous soulignons l’importance de la coopération entre les gouvernements de la région et les organisations régionales, sous-régionales et internationales telles que les Nations Unies, l’Union africaine, la Communauté économique des États de l’Afrique centrale, la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale, la Commission du bassin du lac Tchad et autres acteurs concernés. Nous soulignons l’importance de la coordination continue entre l’UNOCA et l’UNOWAS et nous nous félicitons des réunions de coordination politique entre les deux bureaux des Nations Unies visant à soutenir les synergies entre les activités mandatées, notamment dans le domaine de la sécurité maritime et de la lutte contre le terrorisme et le crime organisé.

En conclusion, les A3 + 1 réitèrent leur soutien continu aux efforts et aux activités du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale et au Représentant spécial du Secrétaire général et à son équipe compétente dans l’accomplissement de son mandat visant à renforcer la paix, la sécurité et un développement durable dans la Région de l’Afrique centrale. 

Je vous remercie.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *