Déclaration de M. Aougui NIANDOU Représentant Permanent Adjoint du Niger auprès des Nations Unies au briefing au Conseil de sécurité sur le Rapport du Secrétaire Général sur la Non- Prolifération Nucléaire

Déclaration de M. Aougui NIANDOU Représentant Permanent Adjoint du Niger auprès des Nations Unies au briefing au Conseil de sécurité sur le Rapport du Secrétaire Général sur la Non- Prolifération Nucléaire

Je voudrais remercier Mme Rosemary DiCarlo, Secrétaire générale adjointe aux affaires politiques et à la consolidation de la paix, l’Ambassadeur Philippe Kridelka, Représentant Permanent de la Belgique, en sa qualité de Facilitateur, ainsi que M. Olof Skoog, Représentant de l’Union Européenne, en sa qualité de coordinateur de la commission mixte auprès du Conseil de sécurité, pour leurs exposés.

Monsieur le président,

Ma délégation a pris note des conclusions et recommandations contenues dans le dixième rapport du Secrétaire général sur l’application de la résolution 2231 (2015) et invite les États Membres ainsi que l’ensemble des parties prenantes à l’Accord à se conformer aux obligations auxquelles elles ont librement souscrit.  

Je tiens à réaffirmer l’attachement du Niger à l’application intégrale de la résolution 2231 (2015), qui a entériné, en 2015, le Plan d’Action Global Commun (JCPOA) sur le programme nucléaire iranien.

Il est incontestable que le Plan d’Action constitue, en tant qu’expression de volonté de la communauté internationale portée par le Conseil de Sécurité, un instrument essentiel de la lutte contre la prolifération nucléaire. A cet égard il doit être préservé. C’est pourquoi, nous exhortons l’ensemble des parties à l’Accord à s’en tenir à la stricte application de ses dispositions, en termes d’obligations, mais aussi de droits et de faire recours au mécanisme de règlement des différends prévu par le Plan d’Action, au cas où des difficultés survenaient dans le cadre de la mise en œuvre des ses dispositions.

Pour mon pays, le Niger, le Communiqué presse de l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique (AIEA) publié le 26 août 2020, indiquant que la République islamique d’Iran lui avait permis d’accéder à deux sites dont elle avait demandé l’accès et facilitait les activités de vérification visant à résoudre les problèmes liés à l’application des garanties, semble être une avancée, quant à la nécessité pour la communauté internationale de jeter les bases d’une nouvelle relation fondée sur la confiance et le respect mutuels, avec la République Islamique d’Iran. Nous appelons à cet égard l’Iran à inverser toutes les activités entreprises ce dernier temps et qui pourraient contrevenir aux dispositions du JCPOA. Cet instrument doit être poursuivie de bonne foi par toutes les parties.

Monsieur le président,

Ma délégation se joint à l’appel lancé par le Secrétaire Général des Nations Unies d’alléger, pour des raisons humanitaires, toutes les mesures économiques unilatérales, qui pourraient empêcher l’Iran de mobiliser les moyens de lutte contre la pandémie du COVID-19.

Aussi, il est urgent de prendre en compte la situation qui prévaut actuellement dans la région du Golfe Persique qui pourrait, si des mesures adéquates ne sont envisagées, s’ajouter aux difficultés qui nous préoccupent aujourd’hui et dont les conséquences imprévisibles pourraient être incalculables pour la paix et la sécurité internationales.

Je vous remercie.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *