Déclaration de M. Aougui Niandou Représentant Permanent Adjoint du Niger auprès des Nations  Réunion en formule Arria sur la situation des Droits de l’Homme et du Droit International Humanitaire au Yémen

Déclaration de M. Aougui Niandou Représentant Permanent Adjoint du Niger auprès des Nations Réunion en formule Arria sur la situation des Droits de l’Homme et du Droit International Humanitaire au Yémen

Merci monsieur le Président,

Je tiens tout d’abord à remercier Monsieur Kamel Jendoubi ainsi que Mélissa Parke et le Dr Ardi Imseis pour leurs exposés détaillés. Je remercie également les pays ayant initiés cette réunion et le président pour l’avoir facilitée.

Monsieur le Président,

Le Niger a pris note des conclusions du rapport présenté par le groupe d’experts éminents sur le Yémen, et reste préoccupé par les violations massives et répétées des droits de l’Homme et du droit international humanitaire imputables aux parties belligérantes.

A mesure que le conflit se prolonge, les parties continuent d’afficher un mépris aux règles internationalement admises qui encadrent les situations de guerre, et d’infliger aux populations civiles, dont de milliers de femmes et d’enfants, des souffrances difficilement soutenables de conscience humaine et inacceptables de nos temps.

Le Niger condamne ces graves violations des principes fondamentaux du droit international humanitaire et des droits de l’homme ainsi que les crimes de guerre perpétrés au Yémen.

Les frappes aériennes aveugles, le lancement de missiles et l’usage des drones dans des zones peuplées, l’obstruction à l’aide humanitaire, les actes de torture, les violences sexuelles, l’enrôlement d’enfants soldats, les détentions arbitraires et le déni de procès équitable, constituent autant de violations qui ne doivent plus continuer en toute impunité, tout comme d’ailleurs la fourniture des armes qui contribue dans une large mesure à perpétuer ce conflit et l’effusion de sang dans ce pays. Le peuple du Yémen tant éprouvé par ces longues années de désespoirs et de désolations mérite la paix mais aussi que justice lui soit rendu.

C’est pourquoi, nous lançons un appel à la communauté internationale et le Conseil de sécurité à ne plus fermer les yeux sur ce désastre qui perdure au Yémen depuis près de six ans. S’il est urgent d’œuvrer pour le retour de la paix au Yémen à travers la reprise d’un processus politique inclusif, il est tout aussi impératif de lutter contre l’impunité en intégrant dans la démarche un ensemble de mesures visant à traduire en justice les auteurs des violations commises au Yémen et à prévenir la poursuite des abus des droits de l’homme et du droit international humanitaire. C’est du reste, une condition essentielle pour parvenir à une réconciliation et une paix durable dans ce pays et mettre fin aux souffrances des populations du Yémen.

Pour conclure, le Niger salue l’engagement du Groupe d’éminents experts (GEE) et réaffirme son plein soutien à l’ensemble des efforts pour garantir le respect des droits fondamentaux de la personne humaine et du droit international humanitaire au Yémen ainsi que pour le retour de la paix dans ce pays.

Je vous remercie.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *