Déclaration de M. Aougui NIANDOU Représentant Permanent-adjoint du Niger auprès des Nations au briefing du Conseil de Sécurité sur la situation au Yémen

Déclaration de M. Aougui NIANDOU Représentant Permanent-adjoint du Niger auprès des Nations au briefing du Conseil de Sécurité sur la situation au Yémen

Je remercie Monsieur Hans Grundberg, pour son exposé et lui souhaite plein succès dans ses nouvelles fonctions d’Envoyé Spécial du Secrétaire Général pour le Yémen. 

Je remercie également Monsieur Martin Griffith et le Général Abhijit Guha pour leurs présentations.

Monsieur le Président,

Ma délégation suit avec une grande préoccupation la poursuite des hostilités dans le conflit au Yémen, notamment les affrontements violents autour de la province de Marib, l’attaque du 29 Août contre la base aérienne d’Al-Anad, ainsi que les attaques du 31 Août ayant ciblé l’aéroport international d’Adha dans le sud du Royaume d’Arabie Saoudite,

Mon pays condamne avec la plus grande fermeté les attaques répétées à l’encontre du territoire saoudien qui mettent en péril la vie de milliers de civils et menacent la paix et la sécurité dans la région. Cette tendance à l’élargissement du spectre de la violence au déla du Yémen doit cesser car elle ne fera que complexifier d’avantage la situation et retarder la sortie de crise.

Nous appelons les autorités d’Ansarallah à faire preuve de responsabilité en mettant fin à leurs offensives meurtrières aussi bien au Yémen qu’au déla de ses frontières.

Ma délégation reste toujours d’avis que l’issue de la crise du Yémen ne sera pas militaire, celle-ci passe nécessairement par des pourparlers directs entre les Yéménites eux-mêmes et la reprise d’un processus politique inclusif dans le pays.

Ce n’est qu’à travers un accord politique global que les Yéménites pourront se réconcilier et faire la paix dans le pays. A cet égard, il est important que les parties comprennent que ce processus ne saurait être envisagé dans un contexte d’affrontements récurrents et de manque de confiance entre les parties.

C’est pourquoi, nous appelons toutes les parties à faire preuve de responsabilité en mettant fin à cette tragédie qui n’a que trop duré et s’engager de manière constructive vers un dialogue sincère, sous l’impulsion du nouvel envoyé spécial, pour un règlement politique global du différend qui les oppose.

Nous invitons la communauté internationale, les acteurs régionaux ainsi les membres du Conseil, pouvant influer sur les parties en conflit, à continuer d’exercer la pression nécessaire en vue de revitaliser les discussions pour une sortie de crise qui permettra aux Yéménites de se réconcilier et de s’orienter à nouveau vers la reconstruction et le développement de leur pays.

Monsieur le Président,

En plus du nombre incalculable de morts, le principal corollaire de la guerre au Yémen demeure la grave crise humanitaire dans laquelle le pays est plongé depuis quelques années.

A mesure que les combats se prolongent, les conditions de vie dans ce pays ne cessent de se détériorer atteignant aujourd’hui des proportions insoutenables pour les populations qui dépendent de l’assistance internationale pour survivre.

Nous appelons les pays donateurs et en particulier ceux de la région à plus de générosité et de compassion à l’égard de la population tant éprouvée du Yémen. L’amélioration de la crise humanitaire du Yémen passe également par la levée des blocus liés à l’acheminement de l’aide humanitaire dans le pays, notamment à travers les ports d’Hodeïda et l’aéroport de Sana’a.

S’agissant de la situation du pétrolier Safer, nous appelons, une fois encore, les Houthis à honorer leurs engagements, en délivrant les autorisations et garanties nécessaires à l’équipe des Nations-Unies.

Pour conclure, le Niger réaffirme son plein soutien à toutes les initiatives encourageant la reprise du dialogue entre les parties Yéménites et le retour de la paix dans le pays.

Je vous remercie.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *