Déclaration de M. Abdou ABARRY, Représentant Permanent du Niger auprès des Nations Unies sur l’Ukraine au Conseil de sécurité.

Déclaration de M. Abdou ABARRY, Représentant Permanent du Niger auprès des Nations Unies sur l’Ukraine au Conseil de sécurité.

Je remercie Mme. Heidi Grau, Représentante spéciale du Président de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et M. Halit Cevik, Moniteur en chef de la Mission spéciale de suivi de l’OSCE, pour la qualité de leurs exposés.

Monsieur le Président,

En 2019, le Sommet de Paris en Format « Normandie », dont les conclusions concertées prévoyaient des mesures de stabilisation de la situation en zone de conflit et de mise en œuvre des clauses politiques des Accords de Minsk, a fondé l’espoir d’une évolution positive dans la relance du processus de paix en Ukraine.

Aujourd’hui, la situation qui prévaut en Ukraine tient indubitablement au manque de progrès significatifs dans la mise en œuvre des conclusions dudit Sommet et de la résolution 2202 (2015) du Conseil de sécurité.

En effet, l’absence de solution politique à la crise ukrainienne continue à faire régner l’incertitude quant à l’avenir des populations vivant le long de la ligne de contact, en témoignent le risque de rupture dans la fourniture des services de base et l’augmentation du chômage.

En outre, la recrudescence des combats, la présence de mines et engins explosifs et l’utilisation d’armes lourdes sèment la terreur dans les rangs des populations civiles, en particulier dans les zones où les combats sont plus intenses.

Dans ce contexte, il est nécessaire que les différents acteurs insufflent une dynamique nouvelle au processus de paix, notamment en créant les conditions propices à la pleine et effective mise en œuvre des clauses politiques et sécuritaires des Accords de Minsk.

Monsieur le Président,

Le climat sécuritaire délétère, dans les zones touchées par le conflit, continue  à affecter la vie de 3,4 millions de personnes qui ont besoin d’assistance humanitaire et de services de protection et celle de 1,4 millions de personnes déplacées internes.

Pour mieux répondre à ce défi humanitaire, nous exhortons les parties à  mettre en œuvre le mécanisme civilo-militaire visant à fournir des garanties de sécurité et à faciliter les notifications humanitaires pour le passage en toute sécurité des biens et du personnel humanitaires.

Pour conclure, le Niger appelle à l’intensification des efforts au sein du format « Normandie » et du groupe trilatéral de contact en vue de favoriser un règlement pacifique et durable du conflit en Ukraine.  

Je vous remercie !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *