Déclaration de M. Abdou Abarry Représentant Permanent du Niger auprès des Nations au briefing du Conseil de Sécurité sur la situation au Yémen

Déclaration de M. Abdou Abarry Représentant Permanent du Niger auprès des Nations au briefing du Conseil de Sécurité sur la situation au Yémen

Merci Madame la Présidente,

Je voudrais remercier Messieurs Martin Griffiths, Marck Lowcock pour leurs exposés sur la situation qui prévaut au Yémen.

Mes remerciements vont également à Mme Nirvana Shawky de CARE International qui nous a donné un aperçu sur les conditions des travailleurs humanitaires dans ce pays.  

Madame la Présidente,

La guerre au Yémen continue et avec elle son lot de désolation et de souffrances infligées aux populations yéménites pendant près de sept ans, maintenant. Cette crise humanitaire, qualifiée de plus catastrophique dans le monde, et que l’on semble aujourd’hui s’être résolu à contempler, doit interpeler notre conscience, car toute souffrance humaine est un drame pour toute l’humanité. 

Comme cela ressort clairement des exposés que nous venons de suivre, la famine est imminente et peut concerner plus de la moitié de la population yéménite si rien n’est fait dans les jours et mois à venir. Nous appelons donc les pays donateurs à honorer les engagements, pris lors de la conférence tenue le 1er mars, sur la situation humanitaire au Yémen, afin de permettre aux agences humanitaires de venir en aide aux populations qui sont déjà fragilisées par la crise économique, les effets de la pandémie de la COVID-19 et la récente reprise des hostilités, notamment dans la province de Marib.

Il est aujourd’hui très déconcertant de voir les lueurs d’espoirs enregistrées fin 2020, avec la libération des milliers de détenus, la formation d’un nouveau Gouvernement et les prédispositions favorables manifestées par les parties, à l’égard des propositions de l’Envoyé Spécial, s’estomper, du fait de la reprise de ces hostilités.

Ma délégation condamne les récentes attaques et le lancement des roquettes sur des zones habitées par des civils et sur les camps de déplacés qui ont conduit à la mort de plusieurs dizaines de personnes et au déplacement de plus de 150.000 autres. L’utilisation des drones armés par les rebelles Houthis, sur les villes et les installations pétrolières du Royaume d’Arabie saoudite, est une source de grande préoccupation.  

Madame la Présidente,

Si le processus politique au Yémen stagne, c’est entièrement du fait de l’incapacité des parties à s’entendre sur un dénominateur commun, qui servira de base à un processus politique devant conduire à un cessez-le-feu général, garantissant la reprise des pourparlers sur la base des propositions formulées par l’Envoyé Spécial du Secrétaire Général.  

Le Niger reste d’avis que la résolution de la crise passe inévitablement par le dialogue inclusif entre les Yéménites, avec l’appui de la communauté internationale. Nous appelons toutes les parties à œuvrer ensemble pour le retour de la paix au Yémen et pour le bien de tout son peuple.

De toute évidence, la résolution de cette crise, dont l’issue ne pourra être militaire, nécessite un changement d’approche de la part des Nations Unies et des partenaires internationaux du Yémen. Cette approche doit allier une pression diplomatique plus accrue sur les parties, au maintien d’un contact régulier avec tous les acteurs concernés par cette crise.

À cet égard, mon pays invite les acteurs régionaux et les membres du Conseil, ayant une influence sur les parties au conflit, à ne ménager aucun effort, pour accompagner le yéménites sur la difficile, mais incontournable chemin du dialogue, de la réconciliation et de la paix.   

La récente visite de l’Envoyé Spécial des États Unies, M. Thimoty Lenderking, dans la région et sa prédisposition à travailler avec l’Envoyé Spécial des Nations Unies, est un pas réel dans la bonne direction.

Aucun effort ne doit être ménagé pour aboutir à une désescalade de la situation et pour donner une chance réelle aux négociations, seule alternative pour sauver les vies de millions de personnes, en majorité des femmes et des enfants.  

Je voudrais pour conclure, réaffirmer le ferme soutien du Niger à l’Envoyé Spécial, M. Matin Griffiths, pour ses efforts inlassables en vue de rétablir le dialogue entre les parties yéménites, ainsi qu’aux agences des Nations Unies et aux Organisations Non-gouvernementales pour leur précieuse assistance aux personnes en détresse, dans des circonstances rendues encore plus difficiles par les violences et le manque de moyens.    

Je vous remercie.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *