Déclaration de M. David Shaerer Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour  le Sud Soudan au Conseil de sécurité sur la situation au Soudan du Sud

Déclaration de M. David Shaerer Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour le Sud Soudan au Conseil de sécurité sur la situation au Soudan du Sud


Monsieur le président et membres du Conseil, merci de me donner l’occasion de vous informer sur la situation au Soudan du Sud.

Je voudrais commencer par reconnaître la dévastation causée par le COVID-19 pour les populations et les économies de tous les États membres et nations du monde. Ce sont des temps vraiment difficiles.

Certains pays très touchés commencent maintenant à sortir de la crise. Mais pour d’autres, le plein impact ne fait que commencer à frapper. Le Soudan du Sud est l’un de ces pays. Alors que ses 1 900 cas enregistrés semblent faibles, les tests limités ainsi que la stigmatisation sociale obscurcissent la véritable ampleur du virus.

Le seul antidote au COVID est la prévention. Les mesures de prévention du gouvernement, fondées sur les directives de l’OMS, ont été communiquées en permanence par le biais de campagnes à travers le pays, avec le soutien de l’UNICEF et de la MINUSS.

Pourtant, malgré une prise de conscience généralisée, le respect de ces mesures est resté irrégulier. Peu se soumettront à l’isolement à la maison. La nécessité de gagner sa vie signifie que le comportement des gens reste inchangé – ne pas travailler aujourd’hui signifie ne pas manger demain.

Monsieur le président, membres du Conseil,

Notre plus grande crainte du COVID est son impact potentiel sur le système de santé déjà fragile. L’interruption des vaccinations, des services de santé maternelle ou des traitements de routine pour les maladies curables comme le paludisme, la diarrhée et la pneumonie entraînera une augmentation dévastatrice des décès – probablement plus grande que la perte de vie prévue par le COVID19.

C’est la leçon que nous devons tirer d’Ebola en Afrique de l’Ouest lorsque 11 000 personnes sont mortes du virus, mais beaucoup d’autres sont décédées de problèmes de santé totalement évitables.

Pour garder les cliniques ouvertes, il est impératif que les agents de santé disposent d’un équipement de protection individuelle. Déjà 86 agents de santé ont été infectés. Les EPI sont rares et les agents de santé ont peur. Pendant ce temps, leurs salaires restent impayés.

Les experts prédisent que la pandémie culminera en juillet ou août. Pour ceux qui tombent gravement malades, il y a peu de soins intensifs. Le soutien international et le ministère de la Santé ont agrandi l’hôpital des maladies infectieuses de Juba. Dans les régions, la MINUSS a rénové et équipé des hôpitaux dans 10 États. Les ONG intensifient leurs effectifs dans ces installations, mais l’équipement et l’expertise font cruellement défaut.

Nous faisons ce que nous pouvons pour donner des soins limités aux patients critiques qui n’avaient auparavant rien. Mais plus important encore, ces mesures sont conçues pour réduire le risque de transmission de COVID à d’autres établissements qui traitent des maladies courantes mais mortelles.

Le défi pour les soldats de la paix et les humanitaires est d’équilibrer l’exécution d’un travail critique tout en exerçant une obligation de diligence pour assurer la sécurité de notre personnel afin qu’il puisse, à son tour, continuer à remplir ses fonctions.

Cela signifie que les patrouilles de maintien de la paix – qui doivent interagir avec les populations locales – sont actuellement classées par ordre de priorité dans les zones critiques où des vies sont en danger.
Les efforts d’UNPOL sont également plus ciblés. Il y a deux semaines, l’UNPOL a été appelé à mettre fin aux combats entre jeunes sur le site de Juba POC. Des dizaines de policiers rwandais sont intervenus physiquement et, ce faisant, se sont exposés eux-mêmes et d’autres à COVID-19. Leur contingent partenaire n’a pas été en mesure de soutenir, car il était en quarantaine, car certains de ses membres se sont révélés positifs lors d’opérations antérieures.

Nous demandons à nos employés de prendre des risques pour faire leur travail. Mais nous avons le devoir de nous assurer qu’ils sont bien équipés et que les risques qu’ils prennent sont nécessaires. Si nous ne le faisons pas, nous pourrions perdre nos capacités opérationnelles et peut-être des vies.
Monsieur le président et membres du Conseil.

À la suite de mon exposé de mars, des progrès encourageants ont été accomplis vers la paix – la formation du gouvernement de transition, la nomination de vice-présidents et d’un cabinet conjoint, et le rassemblement de troupes sur les sites d’entraînement pour la réunification.
C’est positif, surtout si nous le comparons à il y a moins d’un an lorsque le gouvernement de transition semblait dans le doute et le retour de Riek Machar à Juba incertain.

La semaine dernière, une impasse de quatre mois entre les parties sur la répartition des États a pris fin. Les gouverneurs individuels doivent encore être nommés, mais les femmes doivent occuper au moins trois postes.
Ces nominations sont essentielles pour combler un vide de pouvoir. L’impasse politique, en plus du verrouillage COVID 19, a provoqué une escalade du conflit avec des incidents violents multipliés par quatre en deux ans.

À Jonglei, Unity, Lakes, Warrap et Western Equatoria, des centaines de civils ont été tués, des femmes et des enfants enlevés, des biens volés ou détruits et plus de 60 000 personnes déplacées.

Cette violence ne peut plus être qualifiée d ‘«intercommunautaire». Des combattants en uniforme ont été repérés, suggérant que des forces organisées pourraient se joindre au conflit, ce qui risquerait de résoudre le cessez-le-feu.

Une direction nationale véritablement unifiée aurait agi rapidement et serait intervenue pour juguler ce conflit. Au lieu de cela, la violence a été autorisée à jouer et est utilisée pour régler les accords de pouvoir aux niveaux national et infranational.

Ce cycle d’impunité continue d’alimenter de graves violations des droits de l’homme, où les civils subissaient autrefois le poids de la violence.
Ces tensions se sont également reflétées dans des émeutes entre différentes communautés vivant à l’intérieur des sites POC. Aujourd’hui, les habitants du POC sont confrontés à une plus grande intimidation de la part de leurs proches qu’aux menaces externes pour lesquelles les sites ont été fondés.

Malheureusement, l’escalade de la violence a frappé encore plus durement les plus désespérés. Les habitants de Jonglei vivent dans ce qui est décrit par le PAM et la FAO comme le «triangle de la famine», où les moyens de subsistance ont été dépassés par les inondations de l’année dernière.
Un nouvel addendum au plan de réponse humanitaire décrit la détérioration, combinée à une hausse des prix des denrées alimentaires due aux retards de transport liés au COVID. Environ 7,4 millions de personnes auront besoin d’une aide humanitaire, soit une augmentation de 1,6 million, y compris de nombreux citadins pauvres qui auparavant ne dépendaient pas de l’aide.

La semaine dernière, l’Équipe humanitaire pour les pays a lancé un additif de 390 millions de dollars à son plan initial pour répondre aux besoins supplémentaires.
Monsieur le président et membres du Conseil.

Mon rapport d’aujourd’hui aurait peut-être été plus sombre s’il n’y avait pas eu l’accord récent entre les parties sur la répartition des États. Cependant, le processus de paix vacille. Il nécessite une énergie renouvelée et une réinitialisation.

Je voudrais vous laisser trois points clés à retenir:
Premièrement, que faut-il d’un gouvernement de transition d’unité nationale?
Un gouvernement d’unité, par définition, prend des décisions en collaboration – que ce soit en tant que présidence ou cabinet. Cette façon de travailler doit devenir une habitude et non une exception.

Un gouvernement d’unité – agit dans le meilleur intérêt de tous ses habitants, quelle que soit leur identité ethnique – et devrait agir collectivement et rapidement pour réduire les conflits dans les États.

Au sein d’un gouvernement d’unité, les parties négocieraient leurs positions, mais des décisions importantes telles que la constitution resteraient fidèles à l’accord de paix.

Et, des solutions collectives doivent être trouvées pour faire avancer les dispositions transitoires de sécurité afin que les soldats n’abandonnent plus les lieux en l’absence de nourriture et de fournitures.

Deuxièmement, nous reconnaissons que les partenaires régionaux et les garants de la paix sont en proie à leurs propres luttes pour le COVID-19. Mais il est vital que les garants et l’IGAD restent activement engagés pour maintenir l’élan du processus de paix.

Troisièmement, le COVID19 va frapper fort. Mais pas comme nous le pensons. Oui, les gens mourront du virus, comme partout ailleurs dans le monde.
Mais la véritable menace pour le peuple du Soudan du Sud réside dans l’effondrement du système de santé déjà fragile. Cela pourrait entraîner la perte de très nombreuses vies – une tragédie qui peut être évitée.

Enfin, je voudrais terminer par un message des Nations Unies au gouvernement de transition et au peuple du Soudan du Sud: nous sommes ici, solidaires avec vous alors que nous traversons cette urgence du COVID-19. L’ONU, les agences humanitaires et les donateurs sont restés et, ensemble, nous sauvons et changeons des vies.

En travaillant ensemble, nous pouvons vaincre le COVID 19 et, également, faire avancer le processus de paix afin que le Soudan du Sud puisse atteindre la paix et la prospérité durables qu’il mérite.
Je vous remercie.


Section des communications et de l’information du public Porte-parole: Francesca Mold mould2@un.org www.unmiss.unmissions.org

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *